top of page
Ready found
Duo exhibition with Lars Reimer
Galerie Index – 19 02 2016 – 06 03 2016

Deux sobres boîtes en carton remplies d'images, à l'intérieur desquelles les mains et le regard ne pensent qu'à plonger comme on plonge dans des archives, observant les morceaux de papier les uns après les autres, à son rythme. Deux œuvres ressemblantes de prime abord mais dont les larges différences créent tout l'intérêt de ce dialogue orchestré à l'Index. De petites tailles, chacune de ces boîtes comportent des centaines de reproductions de photographies originales (si tant est que l'on puisse parler d'originaux en photographie étant donné son caractère reproductible). Dans City series (2009-...), la première « boite » conçue par Mickaël Marchand (plasticien français, né en 1982 et vivant à Berlin), les images ont valeur de documents retraçant sa pratique de l'assemblage et de l'installation à partir d'objets plus ou moins volumineux, ayant une histoire plus ou moins longue, dénichés à même la rue au sein des villes de Berlin, New-York ou encore Istanbul. In situ et éphémères, ces œuvres sculpturales ne trouvent une forme de pérennité qu'à travers ces traces photographiques qui sont autant de « ça-a-été » (pour reprendre les mots de Roland Barthes), de preuves d'une présence artistique, précaire et fragile, dans l'espace urbain à un instant T. City series est donc une sorte d'édition, héritière de Marcel Duchamp et de ses fameuses Boites-en-valise. Différemment, les reproductions photographiques regroupées dans Sans-Titre de Lars Reimers (plasticien allemand, né en 1965), ne sont en aucun cas à considérer comme des témoignages visuels et objectifs du réel, des signes de phénomènes artistiques mais bien comme des œuvres à part entière, des tranches d'espaces urbains et des objets de rebut qui l'habitent, l'envahissent. Dans Sans-titre, les multiples images regroupées dans leur contenant telle une collection, forme une seule et même œuvre.

L'envie de rassembler des séries de productions artistiques, de témoigner d'une pratique s’étendant sur plusieurs années et ce de manière quasi exhaustive, est la principale raison d'être de ces deux objets. Ils sont comme des « boîtes à souvenirs qui structurent la mémoire » selon les mots de Mickaël Marchand. Lorsque Marcel Duchamp réalise son ultime Boîte-en-valise (1935-1941), regroupant de petits fac-similés de l'ensemble de ses œuvres, il continue de redéfinir la notion d'art et plus particulièrement d'interroger toujours davantage la prétendue unicité des œuvres, leur historique irreproductibilité et la valeur qui leur est de fait accordée pour cette raison. Ce qu'il reste de l'entreprise duchampienne ici, est notamment un questionnement sur le statut des objets artistiques. Où est l'art ? S'agit-il du référent et rien d'autre chez Mickaël Marchand ? « Une photo est toujours invisible » nous dit Barthes, « ce n’est pas elle qu’on voit […], le référent adhère ». Inversement, l'art n'est-il que représentation et non une propriété du réel pour Lars Reimers ? Avec Working drawings and other visible things on paper not necessarily meant to be viewed as art, l'artiste américain Mel Bochner (pionnier de l'art conceptuel) nous propose dès 1966, la décortication visuelle, le feuilletage et autres parcours mentaux de dizaines de dessins préparatoires d'artistes minimalistes de l'époque (Judd, Flavin...) photocopiés et disposés dans quatre classeurs. Ces documents sont, comme le titre l'indique, « non nécessairement à voir comme de l'art ». Que cela signifie-t-il ? Non pas que le spectateur a la possibilité de choisir s'il s'agit d'art ou non (ce qui serait profondément démagogique et inintéressant de surcroît) mais bien plutôt que l'art peut être partout, y compris dans la reproduction d'originaux, tant qu'un œil sensible et averti le perçoit comme tel.

L'idée du musée portatif défendue par Duchamp est ici rejouée en une sorte de nomadisme élégant, n'ayant pas peur d'offrir à la contemplation et à la réflexion des objets historiquement « inauthentiques », au sens benjaminien du terme c'est-à-dire non originaux, que sont ces ensembles de reproductions photographiques.

bottom of page